Dossiers de la semaine

Autonomie professionnelle des enseignants

« Si on leur laisse faire ce qu’ils veulent, ils feront n’importe quoi »

Souvent entendu des chantres de l’école traditionnelle à propos de l’autonomie des élèves, le refrain peut être repris à propos des professeurs et des administrateurs des écoles.  On veut bien leur laisser plus d’autonomie, mais en cette ère médiatique amplifiée à l’excès, personne ne veut voir sa tête tomber en cas de problème; aussi le réflexe n’est-il pas à plus d’autonomie mais bien à plus de contrôle et de supervision de la part de ceux dont la responsabilité est reconnue.

Du directeur d’école ou au recteur, en passant par les professeurs, les zones de responsabilité se chevauchent et l’interdépendance augmente. Faire reconnaître sa responsabilité et son contrôle dessus semble être la seule voie légitime de défendre son autonomie : «Tu reconnais ma compétence, alors laisse moi l’exercer».

Le contrat commence avec l’élève : que lui reconnaît t’on comme compétence ?  Il serait étrange de réclamer l’autonomie au niveau supérieur mais d’en refuser le principe aux étudiants.

Comment assurer la meilleure autonomie à chacun dans le cadre de ses responsabilités ?  Comment prévenir les abus de pouvoir ? Comment faire évoluer vers l'autonomie et la collaboration ?  Comment encadrer la responsabilité professionnelle pour ceux qui cessent de l'assumer ?

Finalement seul le dialogue permet de faire avancer les choses, et ce n’est pas un décret ou une intelligence artificielle qui nous épargnera l’effort de se parler et de se comprendre.

« Responsable, on peut faire ce que l’on veut, mais on ne fera pas n’importe quoi ».


Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Autonomie professionnelle des enseignants - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Autonomie professionnelle des enseignants

« Si on leur laisse faire ce qu’ils veulent, ils feront n’importe quoi »

Souvent entendu des chantres de l’école traditionnelle à propos de l’autonomie des élèves, le refrain peut être repris à propos des professeurs et des administrateurs des écoles.  On veut bien leur laisser plus d’autonomie, mais en cette ère médiatique amplifiée à l’excès, personne ne veut voir sa tête tomber en cas de problème; aussi le réflexe n’est-il pas à plus d’autonomie mais bien à plus de contrôle et de supervision de la part de ceux dont la responsabilité est reconnue.

Du directeur d’école ou au recteur, en passant par les professeurs, les zones de responsabilité se chevauchent et l’interdépendance augmente. Faire reconnaître sa responsabilité et son contrôle dessus semble être la seule voie légitime de défendre son autonomie : «Tu reconnais ma compétence, alors laisse moi l’exercer».

Le contrat commence avec l’élève : que lui reconnaît t’on comme compétence ?  Il serait étrange de réclamer l’autonomie au niveau supérieur mais d’en refuser le principe aux étudiants.

Comment assurer la meilleure autonomie à chacun dans le cadre de ses responsabilités ?  Comment prévenir les abus de pouvoir ? Comment faire évoluer vers l'autonomie et la collaboration ?  Comment encadrer la responsabilité professionnelle pour ceux qui cessent de l'assumer ?

Finalement seul le dialogue permet de faire avancer les choses, et ce n’est pas un décret ou une intelligence artificielle qui nous épargnera l’effort de se parler et de se comprendre.

« Responsable, on peut faire ce que l’on veut, mais on ne fera pas n’importe quoi ».


Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !